• Go to:

À propos de la prostate

Qu’est-ce que la prostate?

La prostate est une petite glande qui fait partie de l’appareil reproducteur de l’homme. Elle est de la taille d’une balle de golf et entoure le conduit qui évacue l’urine de la vessie, appelé urètre.

Il est normal que la prostate augmente de volume avec l’âge, mais si le gonflement devient trop important, il peut bloquer l’urètre et rendre difficile l’évacuation de l’urine. Ce gonflement est appelé hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP.

Urine: L’urine est souvent considérée comme un déchet. En effet, elle est produite par les reins qui sont chargés de filtrer les toxines présentes dans le sang.

L’HBP n’est pas un cancer. Dans la plupart des cas, l’HBP n’est pas un problème de santé grave et peut être traitée.

Que fait la prostate?

La prostate produit un liquide blanc épais qui se mélange aux spermatozoïdes des testicules pour former le sperme. Elle produit également une protéine appelée antigène spécifique de la prostate ou PSA. Le PSA contribue à réduire l’épaisseur du sperme, qui est donc plus fin et plus fluide.

Protéine: Les protéines sont présentes dans toutes les cellules du corps.

Antigène: En général, un antigène est une substance qui incite votre système immunitaire à produire des anticorps. Bien que le PSA soit appelé un antigène, sur le plan biochimique, il s’agit d’une enzyme, ce qui signifie qu’elle provoque une réaction chimique. Dans la prostate, cette réaction chimique est la réduction de l’épaisseur du sperme.

Les hommes ont-ils des hormones?

Les hormones sont des substances chimiques qui transportent des messages dans le corps. Chez les hommes, une hormone appelée testostérone est fabriquée par les testicules et contrôle le fonctionnement de la prostate. La testostérone est responsable de la libido d’un homme et de l’obtention d’une érection. C’est pourquoi vous entendrez peut-être dire que la testostérone est une “hormone sexuelle”.

Les femmes transgenres ont-elles une prostate?

Oui. Si vous êtes une femme trans ou une personne non-binaire assignée à l’homme à la naissance, vous avez une prostate.

Certaines femmes transgenres peuvent avoir subi une chirurgie de reconstruction génitale, ou de réassignation de genre. Bien que la conversion de l’anatomie d’un homme en anatomie d’une femme implique l’ablation du pénis et des testicules, cette chirurgie ne supprime pas la prostate.

Si vous prenez des hormones ou des bloqueurs de testostérone, ceux-ci peuvent réduire le risque de cancer de la prostate en abaissant votre taux de testostérone. Il est toujours très important de passer un examen de la prostate si vous présentez des symptômes connus ou si vous avez un risque accru de cancer de la prostate.

Nous savons que cela peut être une conversation difficile à avoir, mais nous vous encourageons à en parler à votre médecin.

À propos du cancer de la prostate

Qu’est-ce que le cancer de la prostate?

Notre corps est constitué de milliards de petites cellules, qui sont les éléments de base de tout être vivant. Les cellules se divisent continuellement pour en fabriquer de nouvelles. C’est ainsi que nous grandissons et que le corps se régénère.

Parfois, une cellule devient anormale. On ne sait pas exactement pourquoi cela se produit, mais lorsque les cellules anormales continuent à se diviser et à produire de plus en plus de cellules anormales, une masse de tissu finit par se former, appelée tumeur.

Toutes les tumeurs ne sont pas cancéreuses. Bénigne signifie que la tumeur n’est pas un cancer, mais qu’elle peut tout de même grossir. Maligne signifie que la tumeur est un cancer. Certaines tumeurs malignes se développent très rapidement, tandis que d’autres évoluent beaucoup plus lentement. Si une tumeur maligne n’est pas traitée, elle peut se propager à d’autres parties du corps. Cette propagation des cellules cancéreuses est appelée métastase.

Le cancer de la prostate signifie qu’il y a des cellules cancéreuses à l’intérieur de la prostate qui ont formé une tumeur maligne. Si vous avez récemment reçu un diagnostic de cancer de la prostate, vous n’êtes pas le seul. Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes en Europe, mais il existe des options de traitement.

Quelles sont les causes du cancer de la prostate?

La cause exacte du cancer de la prostate est inconnue. Mais certains éléments augmentent les risques de développer ce cancer. Ces facteurs sont appelés facteurs de risque. Le fait d’avoir un facteur de risque de cancer ne signifie pas qu’un homme aura un cancer de la prostate; cela signifie simplement qu’il présente un risque accru.

Quels sont les stades du cancer?

Que signifient les termes “localisé”, “localement avancé” et “métastatique”?

Si on vous a diagnostiqué un cancer de la prostate, vous avez peut-être entendu les termes “localisé”, “localement avancé” ou “métastatique”. Tous ces termes différents peuvent vous paraître déconcertants.

Le cancer est souvent décrit en stades. Ceux-ci sont utilisés pour expliquer la taille de la tumeur et l’étendue de la propagation du cancer. Bien qu’il existe différentes manières de décrire le stade du cancer, l’une des façons les plus simples de le comprendre est d’utiliser des chiffres de 1 à 4.

Nous avons décrit les stades dans leur forme la plus simple ci-dessous.

Comprendre les étapes et les termes du cancer:

Stades 1 and 2 “Précoce” or “localisé”
Stades 3 and 4 “localement avancé”

Stade 1:

La tumeur est contenue ou “localisée” dans la prostate. Le cancer est à un stade très précoce et la tumeur est trop petite pour être décelée lors d’un toucher rectal.

Stade 2:

La tumeur se trouve à l’intérieur de la prostate. Elle est encore petite, mais on peut la sentir lors d’un toucher rectal et elle peut être visible sur un scanner. Les cellules cancéreuses se divisent et il existe un risque accru de croissance de la tumeur et de propagation des cellules cancéreuses.

Stade 3:

La tumeur a commencé à traverser la paroi de la prostate et les cellules cancéreuses peuvent se trouver dans les conduits voisins qui produisent le sperme. On parle de “cancer localement avancé” car la tumeur s’est déjà développée à l’extérieur de la prostate mais ne s’est pas propagée à d’autres parties du corps ou à des parties “éloignées”.

Stade 4:

La tumeur s’est développée à l’extérieur de la prostate. Les cellules cancéreuses peuvent se trouver dans ou autour de la vessie (comme le col de la vessie ou le sphincter urinaire), dans le rectum ou dans le muscle du plancher pelvien, qui se trouve sous la prostate à la base du bassin.

Maladie métastatique et métastases

Le cancer de la prostate peut se propager aux ganglions lymphatiques locaux ou aux os et même à des organes tels que le foie, les poumons et le cerveau. Cette propagation des cellules cancéreuses dans tout l’organisme est appelée “métastase”, ou vous entendrez peut-être parler de “cancer de la prostate métastatique”. Lorsque le cancer se propage ou métastase dans d’autres organes, on parle de maladie métastatique.

Parfois, des cellules cancéreuses sont trouvées dans les ganglions lymphatiques pelviens mais ne se sont pas propagées ailleurs dans le corps. On parle alors d’envahissement ganglionnaire, plutôt que de maladie métastatique, car les cellules cancéreuses ne se sont pas propagées à d’autres ganglions lymphatiques ou organes du corps.

L’envahissement ganglionnaire peut être traité. On peut vous proposer une intervention chirurgicale pour retirer les ganglions lymphatiques malades, une radiothérapie des ganglions lymphatiques malades et/ou une hormonothérapie.

Que signifient les grades de cancer?

Les stades et les grades sont deux choses différentes. Les stades informent votre médecin de la taille de la tumeur et de l’étendue de la propagation des cellules cancéreuses. Les grades donnent à votre médecin une idée de la vitesse à laquelle la tumeur peut se développer et le cancer se propager. En général, un grade inférieur indique un cancer à croissance plus lente, et un grade supérieur un cancer à croissance plus rapide.

Si un cancer de la prostate a été diagnostiqué, votre médecin peut se référer à votre “score de Gleason”, qui est un moyen courant de classer le cancer de la prostate. Votre score de Gleason aidera votre médecin à planifier et à discuter avec vous des options de traitement.

Le score de Gleason: Le score de Gleason est utilisé après qu’une biopsie a été effectuée et qu’un pathologiste a examiné les cellules. Ce score aide votre médecin à pronostiquer le développement du cancer et le traitement dont vous avez besoin.

Votre médecin peut également faire référence à une “Classification ISUP“. Il s’agit d’un autre outil utilisé pour classer le cancer.

ISUP: Le grade de l’International Society of Urological Pathology (ISUP) classe le cancer de la prostate en 5 groupes de 1 à 5. Plus le grade ISUP est bas, meilleur est votre pronostic.

Risques de cancer de la prostate

Qu’est-ce qui augmente le risque de contracter un cancer de la prostate?

Quatre principaux facteurs de risque augmentent les chances d’un homme de développer un cancer de la prostate. Si vous pensez présenter des facteurs de risque de développer un cancer de la prostate, vous devez en parler à votre médecin.

Âge
L’âge est le principal facteur de risque du cancer de la prostate. En Europe, le cancer de la prostate est généralement diagnostiqué chez les hommes de plus de 65 ans, mais il peut survenir chez des hommes plus jeunes.

Ethnicité
Les hommes à la peau noire ont deux fois plus de risques de développer un cancer de la prostate que les hommes à la peau blanche. Les hommes asiatiques, en revanche, ont un risque plus faible. On ignore pourquoi l’origine ethnique ou la race d’un homme augmente ou diminue son risque de cancer de la prostate.

Antécédents familiaux
Nous héritons tous des gènes de nos parents. Certains cancers de la prostate peuvent être liés à des gènes transmis de génération en génération par l’un ou l’autre des parents. Bien que le risque de développer un cancer de la prostate augmente chez un homme présentant des antécédents familiaux, la plupart des hommes qui en sont atteints n’ont pas d’antécédents familiaux.

Si des membres de votre famille proche ont été atteints d’un cancer de la prostate avant l’âge de 60 ans et si vous êtes préoccupé par ce risque, parlez-en à votre médecin.

Régime alimentaire
Il est bien connu qu’une alimentation équilibrée et la pratique régulière d’exercices physiques permettent de rester en bonne santé. Une alimentation équilibrée consiste à manger beaucoup de légumes, de fruits et de fibres, et à limiter la viande rouge, les aliments transformés, les aliments riches en graisses, le sucre et l’alcool. Les hommes qui sont en très forte surcharge pondérale ou obèses peuvent augmenter leur risque de développer un cancer de la prostate.

Les aliments transformés: Les aliments transformés comprennent les plats préparés, les plats à emporter, les en-cas salés, les gâteaux et les biscuits.

L’obésité: L’obésité signifie que vous êtes nettement en surpoids, avec beaucoup de graisse corporelle, ce qui vous expose à de graves problèmes de santé.

Symptômes

Quels sont les symptômes du cancer de la prostate?

Le cancer de la prostate peut ne présenter aucun signe ou symptôme dans les premiers stades. Un cancer de la prostate plus avancé peut provoquer des signes et des symptômes, tels que:

  • difficulté à uriner
  • un jet d’urine moins puissant
  • du sang dans l’urine
  • du sang dans le sperme
  • douleur osseuse (généralement dans le dos)
  • perte de poids sans effort
  • problèmes de contrôle des selles
  • problèmes d’érection appelés dysfonction érectile

Les difficultés à uriner et un jet d’urine moins puissant sont généralement dus à une hypertrophie de la prostate, appelée hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP (anciennement appelée hyperplasie bénigne de la prostate). L’hypertrophie bénigne de la prostate n’est pas un cancer et peut être traitée.

Si vous ou un membre de votre famille présentez l’un des symptômes ci-dessus, il est important de faire un examen de la prostate. Il peut être effrayant de ressentir des symptômes qui pourraient être ceux d’un cancer, mais il est toujours préférable de se faire examiner.

Comment dois-je aborder mon médecin?

Si vous vous sentez effrayé, anxieux ou gêné par les problèmes de prostate, il est toujours préférable d’en parler à votre médecin.

Si vous avez déjà consulté un médecin mais que vous n’avez pas réussi à parler de vos symptômes, le moment est venu d’en discuter.

Il est important de trouver les mots qui vous conviennent. Nous avons dressé ci-dessous une liste de « brise-glace » potentiels. Pourquoi ne pas les dire à haute voix et voir lequel vous semble le plus naturel ? Il se peut même que le fait de répéter ce que vous voulez dire renforce votre confiance et votre aisance.

  • Je veux vous interroger sur une question de santé masculine
  • J’ai des problèmes dont je veux vous parler
  • Je pense avoir un problème de prostate
  • J’ai des problèmes pour uriner
  • J’ai des problèmes pour obtenir ou maintenir une érection
  • On a diagnostiqué un cancer de la prostate chez mon ami/frère/père/oncle
  • Je suis inquiet au sujet du cancer de la prostate
  • J’ai eu du sang dans mes urines/ma vessie/mon sperme.

N’oubliez pas que votre médecin est un professionnel de la santé. Il vous écoutera et discutera avec vous pour déterminer la meilleure façon de procéder.

Tests

Quels sont les contrôles et les tests existants pour le cancer de la prostate?

Vous avez peut-être déjà entendu parler du « dépistage » du cancer, par exemple des mammographies pour vérifier la présence d’un cancer du sein, mais tous les pays ne disposent pas d’un programme de dépistage du cancer de la prostate. C’est pourquoi il est très important de faire un examen de la prostate si vous présentez l’un des symptômes connus ou si vous avez des antécédents familiaux de cancer de la prostate.

Toucher rectal (examen de la prostate)

L’examen de la prostate ou toucher rectal, est un test simple et rapide permettant de déterminer si vous avez un problème de prostate. Votre médecin insère un doigt ganté et lubrifié dans votre rectum pour palper votre prostate. Nous sommes conscients que cela peut sembler embarrassant, mais l’examen se termine très rapidement. Vous pouvez ressentir une certaine pression et avoir une brève envie d’uriner, mais l’examen lui-même n’est généralement pas douloureux.

Test antigène spécifique de la prostate (PSA)

L’antigène spécifique de la prostate ou PSA est une protéine produite uniquement par la prostate. Un test PSA est une simple analyse de sang qui mesure la quantité de protéine PSA dans votre sang. Il peut aider à diagnostiquer ou à exclure le cancer de la prostate comme cause de vos symptômes.

Protéine: Les protéines sont présentes dans toutes les cellules du corps.

Si le taux de PSA est élevé dans l’organisme, cela peut être le signe que quelque chose d’anormal se produit dans la prostate. Un taux élevé de PSA ne signifie pas que vous êtes atteint d’un cancer de la prostate, mais un taux élevé de PSA doit être examiné pour écarter la possibilité d’un cancer de la prostate. Pour plus d’informations, téléchargez notre brochure sur le test PSA.

Un taux élevé de PSA ne signifie pas que vous êtes atteint d’un cancer de la prostate, mais un taux élevé de PSA doit être examiné pour écarter la possibilité d’un cancer de la prostate.

Que se passe-t-il si vous êtes exposé « au risque » du cancer de la prostate?

Il n’existe pas de test unique pour le cancer de la prostate. Votre médecin discutera avec vous des tests disponibles et utilisera les résultats pour déterminer si vous êtes exposé “au risque” d’avoir un cancer de la prostate.

Votre risque est déterminé par plusieurs facteurs, notamment votre taux de PSA et les résultats de votre examen de la prostate, ainsi que votre âge, vos antécédents familiaux et votre groupe ethnique. Si vous êtes “à risque”, il faut vous adresser à un hôpital pour discuter de tests supplémentaires. Ces tests peuvent inclure une échographie, un scanner, une IRM ou une scintigraphie osseuse.

Taux de PSA: Le PSA est une protéine fabriquée uniquement par la glande prostatique. La quantité de PSA dans votre sang est appelée votre taux de PSA.

IRM

L’imagerie par résonance magnétique ou IRM, crée des images de l’intérieur de votre corps en utilisant des aimants et des ondes radio. L’IRM permet d’obtenir un aperçu détaillé de l’intérieur de votre prostate. Les résultats aideront votre médecin à décider si vous devez subir une biopsie. Ils peuvent également l’aider à déterminer si des cellules cancéreuses se sont propagées à d’autres parties de votre corps.

Pendant l’IRM, il vous sera demandé de vous allonger sur la table du scanner. L’examen lui-même peut prendre un certain temps (30 à 40 minutes). La table se déplace dans le scanner, qui ressemble à un tunnel étroit. Il y a un interphone à l’intérieur du scanner, vous pourrez donc communiquer avec le radiologue pendant toute la durée de l’examen. On vous remettra également un dispositif à tenir dans votre main avec une poire d’appel. Si vous vous sentez anxieux pendant le scanner, faites-le savoir au radiologue en appuyant sur la poire.

Radiologue: Un radiologue est un professionnel de la santé spécialisé dans le diagnostic des maladies et des blessures à l’aide d’images radiographiques.

Le scanner en lui-même est indolore, mais il peut être inconfortable car vous devez rester immobile. L’intérieur du scanner est également très bruyant et on vous donnera des protections auditives à porter. Certaines personnes éprouvent une sensation de claustrophobie à l’intérieur du scanner et ont affirmé que le port d’un masque de sommeil les aidait à apaiser leur peur.

Vous devrez peut-être recevoir une injection de colorant, appelé produit de contraste. Le colorant aide les tissus à l’intérieur de votre corps à apparaître plus clairement sur le scanner. Il est généralement administré par une canule dans votre bras. Vous pouvez sentir le colorant passer dans vos veines comme une sensation de chaleur ou de froid. Certains patients ont mentionné qu’ils avaient l’impression de perdre le contrôle de leur vessie. Bien que cela ne se produise pas, l’examen peut paraître inconfortable, mais il n’est pas douloureux.

Canule: Une canule est un tube fin introduit dans une veine.

CT-scan

La tomodensitométrie ou CT-scan comme on l’appelle communément, utilise des rayons X pris sous différents angles. Ces rayons X sont envoyés à un ordinateur qui crée une image tridimensionnelle (3D) de l’intérieur de votre corps. La réalisation d’un CT-scan ne prend pas beaucoup de temps. Les résultats peuvent aider votre médecin à déterminer si des cellules cancéreuses se sont propagées à d’autres parties de votre corps.

Vous devrez peut-être recevoir une injection de colorant, appelé produit de contraste. Le colorant aide les tissus à l’intérieur de votre corps à apparaître plus clairement sur le scanner. Il est généralement administré par une canule dans votre bras. Vous pouvez sentir le colorant passer dans vos veines comme une sensation de chaleur ou de froid. Certains patients ont mentionné qu’ils avaient l’impression de perdre le contrôle de leur vessie. Bien que cela ne se produise pas, l’examen peut être inconfortable, mais il n’est pas douloureux.

Scintigraphie osseuse

Votre médecin peut vous recommander de passer une scintigraphie osseuse pour déterminer si les cellules cancéreuses se sont propagées dans vos os.

Avant la scintigraphie osseuse, un colorant radioactif doit être injecté dans une veine de votre bras ou de votre main. Seule une petite quantité de colorant radioactif est utilisée et elle est sans danger. Vous devrez attendre 2 à 3 heures pour que le colorant se propage dans vos veines et dans tout votre corps avant que la scintigraphie proprement dite n’ait lieu.

Pendant la scintigraphie osseuse, on vous demandera de vous allonger sur la table du scanner. Le scanner va se déplacer très lentement le long de votre corps et prendre des photos. Le scanner détectera toute zone osseuse anormale, appelée « points chauds ». Toutes les anomalies osseuses ne sont pas des cancers et le scanner peut détecter d’autres pathologies, comme l’arthrite.

Cela peut être une période extrêmement stressante pour vous, surtout dans l’attente des résultats. Si vous avez du mal à faire face à la situation, essayez de ne pas cacher vos émotions. Parlez à votre famille et à vos amis. Si vous ne l’avez pas encore fait, demandez à votre médecin de vous proposer un soutien professionnel, comme des services d’aide psychologique ou des groupes de soutien locaux.

PSMA PET et CT-scan

La tomographie par émission de positons ou PET-scan utilise un produit légèrement radioactif pour mettre en évidence les zones de votre corps où les cellules cancéreuses sont plus actives que les cellules normales. L’antigène membranaire spécifique de la prostate ou PSMA est une protéine présente à la surface des cellules cancéreuses de la prostate. Le PSMA PET et CT-scan recherche les zones du corps où se trouve la protéine PSMA, ce qui indique la présence de cellules cancéreuses prostatiques.

Bien que les scanners PSMA PET et CT-scan ne soient pas couramment utilisés, il existe des preuves suggérant que ce type de scanner est plus précis que les autres pour détecter si votre cancer s’est propagé à d’autres parties du corps. Avec le temps, les scanners PSMA PET et CT-scan deviendront probablement l’examen standard utilisé pour détecter l’étendue de la propagation du cancer de la prostate dans le corps.

Échographie

Une échographie utilise des ondes sonores pour envoyer des images à un ordinateur. Cela permet à votre médecin de visualiser l’intérieur de votre corps. Pour effectuer une échographie de la prostate, votre médecin ou un échographiste insère une sonde lubrifiée dans votre rectum.

L’examen ne dure pas longtemps. Il peut être inconfortable, mais il n’est généralement pas douloureux.

Échographiste: Un échographiste est un professionnel de la santé spécialisé dans la réalisation d’échographies.

Biopsie

Une biopsie de la prostate est le moyen le plus sûr de savoir si vous avez un cancer de la prostate. Cependant, une biopsie implique que votre médecin utilise une fine aiguille pour prélever de petits fragments de tissu dans votre prostate. Pour cette raison, une biopsie n’est pratiquée que lorsque d’autres examens suggèrent fortement que vous avez un cancer de la prostate.

Biopsy samples are sent Les prélèvements réalisés lors de la biopsie sont envoyés dans un laboratoire où un pathologiste les examine au microscope pour vérifier la présence de cellules cancéreuses. Les résultats aideront votre médecin à planifier et à discuter avec vous de vos options de traitement.to a laboratory where a pathologist looks at them under a microscope to check for cancer cells. The results will help your doctor plan and discuss your treatment options with you.

Pathologiste: Les pathologistes sont des médecins qui diagnostiquent les maladies en examinant des cellules et des échantillons de tissus.

Il existe deux principaux types de biopsie de la prostate:
1. une biopsie échoguidée par voie transrectale ou TRUS (trans-rectal ultrasound biopsy)
2. une biopsie par voie transpérinéale

Il est important de discuter des risques et des avantages de chaque procédure avec votre médecin pour vous assurer qu’il s’agit de la bonne procédure pour vous.

Biopsie échoguidée par voie transrectale (TRUS)
Au cours d’une biopsie TRUS, votre médecin insère une sonde à ultrasons lubrifiée dans votre rectum. La sonde à ultrasons explore la prostate, et une image apparaît sur un écran. Le médecin utilise cette image pour se guider vers l’endroit où prélever la biopsie. Un anesthésique local vous sera administré pour engourdir la zone et minimiser la gêne occasionnée par l’intervention.

Sonde: Dispositif médical en forme de baguette qui produit des ondes sonores qui envoient des images à un ordinateur. Cela permet au médecin de visualiser l’intérieur du corps.

Anesthésique local:Un anesthésique local endort temporairement une zone du corps. Il est généralement administré sous forme d’injection.

Les patients qui subissent une biopsie TRUS courent le risque de développer une infection grave, appelée septicémie. Vous recevrez des informations détaillées sur les risques connus avant de consentir à l’intervention.

Biopsie transpérinéale
Lors d’une biopsie transpérinéale, votre médecin introduira une sonde à ultrasons lubrifiée dans votre rectum pour explorer la prostate. L’aiguille à biopsie sera ensuite passée à travers la peau entre les testicules et l’anus. La biopsie transpérinéale est généralement pratiquée sous anesthésie locale. La zone est donc insensibilisée pour minimiser le désagrément de la procédure. Cette méthode est de plus en plus populaire car on pense qu’elle présente un risque moindre d’infection grave.

Traitements courants

Quels sont les traitements existants pour le cancer de la prostate?

Il existe différents traitements du cancer de la prostate. Le traitement qui vous est proposé varie en fonction de votre âge, de votre état de santé général, ainsi que du stade et du grade de votre tumeur. Votre médecin discutera avec vous des résultats de vos tests de diagnostic et de vos options de traitement.

Test de diagnostic: Les tests de diagnostic sont utilisés pour confirmer ou exclure des affections et des maladies. Ils peuvent inclure des analyses de sang, des scanners et des biopsies.

Les principaux traitements comprennent la surveillance du cancer, la chirurgie pour enlever la prostate, la radiothérapie et l’hormonothérapie.

Quels sont les effets secondaires les plus courants des traitements du cancer de la prostate?

La prostate est proche de la vessie et du rectum. Elle est entourée d’un réseau subtil de nerfs et de vaisseaux sanguins qui vous permettent d’avoir une érection. Les traitements du cancer de la prostate peuvent affecter votre fonctionnement urinaire, intestinal et sexuel.

Il est important de communiquer avec votre médecin au sujet des effets secondaires que vous ressentez au cours de votre traitement. Une communication continue permettra à votre médecin de prendre en charge vos effets secondaires le plus tôt possible.

Fuites urinaires
Il est normal de souffrir d’une certaine perte de contrôle de la vessie (appelée incontinence urinaire) et de fuites urinaires après une intervention chirurgicale ou une radiothérapie, mais pour la plupart des hommes, cela s’améliore avec le temps. Pour plus d’informations, consultez notre section sur vivre avec un cancer de la prostate.

Problèmes intestinaux
Les lésions du rectum causées par la chirurgie ou la radiothérapie peuvent entraîner des problèmes intestinaux, notamment des saignements du rectum, des diarrhées ou une envie pressante d’aller aux toilettes. Mais cela est très rare. Certains hommes ont des selles plus molles pendant la radiothérapie, mais cela disparaît avec le temps, après l’arrêt du traitement.

Dysfonction érectile
Certains traitements peuvent endommager les nerfs et l’irrigation sanguine du pénis, ce qui rend difficile l’obtention ou le maintien d’une érection, c’est ce qu’on appelle la dysfonction érectile. Malheureusement, la dysfonction érectile est l’effet secondaire le plus courant du traitement du cancer de la prostate. Cependant, il existe des options pour gérer cet effet pendant le traitement. La plupart des hommes (dont les nerfs sont intacts) constatent une amélioration au fil du temps, une fois le traitement terminé.

Chirurgie épargnant les nerfs: Si vous devez subir une intervention chirurgicale, en fonction du stade et du grade de votre cancer, il se peut que l’on vous propose une chirurgie épargnant les nerfs. Cette chirurgie conservatrice vise à réduire le risque de dysfonction érectile et de fuites urinaires.

Suivi du cancer

Le suivi signifie que votre médecin vous surveillera de près plutôt que de recommander un traitement immédiat. Vous pouvez avoir peur ou être en colère à l’idée de faire surveiller votre cancer plutôt que de recevoir un traitement. Mais tous les traitements ont des effets secondaires, et votre médecin ne vous recommandera pas de traitement s’il estime que les risques sont supérieurs aux bénéfices que vous pourriez en retirer.

Il existe deux types de suivi. Vérifiez auprès de votre médecin quel type vous est proposé.

Surveillance active
L’objectif de la surveillance active est d’éviter les traitements inutiles. Si votre médecin a recommandé une surveillance active, c’est que vous avez un cancer de la prostate à faible risque, détecté à un stade précoce. Votre médecin ne prévoit pas que le cancer vous cause des symptômes ou des problèmes immédiats.

La surveillance active peut se poursuivre pendant de nombreuses années si votre risque de cancer de la prostate n’augmente pas, mais elle exige que vous suiviez un programme régulier comprenant des tests PSA, des touchers rectaux, ainsi qu’une IRM et/ou des biopsies répétées de la prostate.

Près de la moitié des hommes sous surveillance active n’ont jamais besoin de traitement. Si les tests montrent que votre tumeur se développe ou se modifie à un stade quelconque, un traitement vous sera proposé. Les options de traitement, comme la chirurgie, auront pour but de guérir le cancer.

Temporisation
L’objectif de la temporisation est de retarder ou d’éviter les effets secondaires du traitement. Si votre médecin a recommandé la temporisation, c’est peut-être parce que votre état ne vous permet pas de subir une intervention chirurgicale ou une radiothérapie. Cela peut également être dû au fait que votre médecin ne pense pas que le cancer causera des problèmes de votre vivant. Votre médecin préparera un plan de suivi avec vous, en précisant les contrôles et les tests que vous devrez subir et leur fréquence.

Certains hommes en temporisation peuvent encore avoir besoin d’un traitement. Si les examens montrent que votre tumeur se développe à un stade quelconque ou que les cellules cancéreuses ont commencé à se propager à d’autres organes, un traitement vous sera proposé. Le traitement proposé visera à contrôler la propagation du cancer et à prendre en charge les symptômes que vous présentez.

Chirurgie

Prostatectomie radicale de la prostate
On peut vous proposer une opération pour enlever votre prostate, appelée prostatectomie totale. Il existe trois méthodes différentes d’ablation de la prostate : la prostatectomie radicale laparoscopique ou endoscopique, la prostatectomie radicale transpéritonéale endoscopique assistée par robot ou la prostatectomie radicale extrapéritonéale (chirurgie ouverte). Votre médecin vous indiquera la méthode d’opération la plus appropriée pour vous.

Une prostatectomie radicale est une opération importante, et chaque méthode comporte ses risques. L’objectif de l’opération est de guérir le cancer.

La chirurgie laparoscopique: Au cours de la chirurgie laparoscopique, un chirurgien retire la prostate en pratiquant plusieurs petites incisions dans votre ventre. Le chirurgien utilisera également une petite caméra, appelée laparoscope, pour l’aider à voir clairement la prostate pendant l’intervention.

La chirurgie assistée par robot: La chirurgie assistée par robot est pratiquée par des chirurgiens spécialisés dans ce genre d’intervention et n’est donc disponible que dans certains hôpitaux. Elle est parfois appelée PRAR. Pendant l’intervention, l’équipement chirurgical est fixé à des bras robotisés, qui sont contrôlés par le chirurgien.

La chirurgie ouverte: La chirurgie ouverte implique une large incision dans votre ventre ou dans la zone située entre le scrotum et l’anus.

Radiothérapie

La radiothérapie utilise des faisceaux de rayons X à haute énergie (rayonnement) pour détruire les cellules cancéreuses. Il existe deux types différents de radiothérapie:
1. la radiothérapie externe
2. la curiethérapie

Le traitement par radiothérapie est indolore, mais les deux types de traitement ont des effets secondaires qui peuvent vous occasionner des problèmes. Votre médecin discutera avec vous des différentes possibilités et des effets secondaires potentiels.

Radiothérapie externe
La radiothérapie externe utilise une machine, appelée accélérateur linéaire ou LINAC, pour administrer le traitement par rayonnement depuis l’extérieur du corps. Grâce à cette machine, le radiologue peut cibler un point précis de votre corps. L’objectif est de détruire les cellules cancéreuses à l’intérieur de votre corps sans endommager les tissus ou les organes sains. La radiothérapie externe est souvent administrée en complément d’autres traitements du cancer de la prostate, en particulier l’hormonothérapie (également appelés traitement de privation androgénique ou TDA).

Radiologue: La radiothérapie externe à l’aide de faisceaux est administrée par un radiothérapeute entraîné à cette technique. Les radiothérapeutes sont spécialisés dans le traitement du cancer par des techniques de radiothérapie.

Avant de subir une radiothérapie externe, vous devrez passer un scanner. Les résultats aideront le radiologue à déterminer l’endroit à cibler et la dose de rayons à appliquer. Une marque permanente sera faite sur votre peau pour s’assurer que le faisceau de radiation soit dirigé au même endroit à chaque séance de traitement.

Scanner: Un scanner utilise des rayons X pris sous différents angles pour obtenir une image en 3D de l’intérieur de votre corps.

Curiethérapie
La curiethérapie est un traitement par rayonnement administré depuis l’intérieur du corps. De petites capsules métalliques radioactives, communément appelées « billes », sont implantées directement dans la prostate sous anesthésie générale. Les radiations sont lentement libérées par les billes pendant quelques mois. Le rayonnement détruit les cellules cancéreuses à l’intérieur de la prostate, mais limite l’exposition aux radiations des tissus et organes voisins. Votre médecin discutera avec vous de vos préoccupations concernant les radiations et vous conseillera sur les techniques modernes permettant de réduire ce risque.

L’anesthésie générale: L’anesthésie générale est un moyen contrôlé de vous endormir, de sorte que vous ne vous rendez pas compte de l’intervention en cours.

Au cours de l’intervention, une sonde à ultrasons sera introduite dans votre rectum. Cela aide le médecin à déterminer le nombre de billes à implanter dans la prostate et l’endroit exact où ils doivent être placés. Le stade de votre cancer déterminera la dose de radiation conseillée par votre médecin.

Hormonothérapie

La testostérone favorise la croissance du cancer de la prostate. Le moyen le plus courant de contrôler la quantité de testostérone présente dans l’organisme est donc de suivre un traitement hormonal. Cette thérapie est également connue sous le nom de thérapie par privation d’androgènes ou ADT. Votre médecin peut vous recommander une hormonothérapie pour réduire la quantité de testostérone dans votre organisme. Ce traitement est généralement disponible sous forme d’injections, d’implants, de comprimés ou de spray nasal.

Certains hommes sont traités par hormonothérapie avant, pendant ou après une radiothérapie ou une chimiothérapie. D’autres hommes peuvent ne recevoir qu’une hormonothérapie. L’hormonothérapie est utilisée pour tous les stades du cancer de la prostate, mais c’est le principal traitement pour les hommes atteints d’un cancer de la prostate avancé.

Votre médecin discutera avec vous des différentes options de traitement.

Testostérone: Hormone ou substance chimique, fabriquée par les testicules, qui contrôle le fonctionnement de la prostate.

Cancer de la prostate avancé: Cancer qui s’est propagé de la prostate à d’autres parties du corps par voie sanguine.

Agonistes de la LH-RH
Les agonistes de la LH-RH sont généralement administrés sous forme d’injections ou d’implants. Ils agissent en bloquant les messages du cerveau qui indiquent aux testicules de fabriquer de la testostérone. Le traitement par ces médicaments est parfois appelé “castration chimique” ou “castration médicale”. Cela s’explique par le fait que leur action sur l’organisme est la même que celle d’une ablation des testicules.

Les agonistes de la LH-RH les plus courants sont présentés ci-dessous. Tous les médicaments ont un nom générique et un nom donné par la société pharmaceutique qui les produit. C’est ce qu’on appelle une marque commerciale.

LH-RH: Luteinising hormone-releasing hormone.Luteinising hormone-releasing hormone (LH-RH) = Hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH) qui, elle, stimule l’hypophyse pour qu’elle produise l’hormone luténéisante (LH)

Nom générique Marque(s) commerciale(s)
Buserelin Suprefact®
Goserelin Zoladex®, Reseligo®
Leuprorelin ou Leuprolide Eligard®, Staladex®, Enanton®, Prostap®, Lucrin®, Lutrate®
Triptorelin Decapeptyl SR®, Salvacyl®, Diphereline®, Gonapeptyl®

Votre médecin discutera du traitement par agonistes de la LH-RH qui vous est recommandé.

Il est fréquent que l’organisme produise une augmentation du taux de testostérone lorsque vous commencez un traitement par agonistes de la LH-RH. C’est ce qu’on appelle une “poussée”. Les poussées peuvent aggraver vos symptômes au départ et provoquer une croissance rapide de la tumeur pendant une courte période. Pour cette raison, on vous donnera également des comprimés à prendre, appelés anti-androgènes. Ces comprimés empêchent la testostérone d’atteindre les cellules cancéreuses, ce qui les empêche de se développer.

Antagonistes de la LHRH
Les antagonistes de la LH-RH fonctionnent d’une manière légèrement différente des agonistes de la LH-RH. Ils empêchent les testicules de fabriquer de la testostérone, mais ne provoquent pas de poussées comme les agonistes de la LH-RH, de sorte que vous n’aurez pas besoin de prendre des comprimés anti-androgènes.

Le Dégarélix (Firmagon®) est le traitement antagoniste de la LH-RH disponible en Europe. Il est administré sous forme d’injection mensuelle sous-cutanée.

Orchidectomie
Certains hommes peuvent se voir proposer une ablation des testicules. C’est ce qu’on appelle une orchidectomie, ou castration chirurgicale. L’orchidectomie est une opération simple. Elle est généralement pratiquée sous anesthésie « locale », mais elle peut aussi être pratiquée sous anesthésie « générale ». Quel que soit le type d’anesthésie choisi, vous ne sentirez rien pendant l’opération. Dans le cas d’une anesthésie locale, vous serez éveillé tout au long de l’intervention et dans le cas d’une anesthésie générale, vous serez endormi pendant l’intervention. Une fois pratiquée, l’orchidectomie est irréversible. Vous devez donc être sûr qu’il s’agit de la bonne option de traitement pour vous.

Anti-androgènes
Les anti-androgènes sont un groupe de médicaments qui bloquent la pénétration de la testostérone et empêchent la croissance des cellules cancéreuses. Ils sont généralement administrés en même temps que d’autres hormonothérapies ou une radiothérapie. Mais il est possible que l’on vous propose un traitement anti-androgène seul pour voir s’il peut réduire votre tumeur.

Si l’on vous prescrit des comprimés anti-androgènes, vous devrez également subir régulièrement des analyses de sang. Cela permet de vérifier votre taux de cellules sanguines et le bon fonctionnement de votre foie et de vos reins.

Votre médecin discutera avec vous du médicament anti-androgène le mieux adapté à votre stade de cancer de la prostate. Vous voudrez peut-être connaître le nom des différents médicaments anti-androgènes qui peuvent vous être proposés. Sachez que certains des médicaments cités peuvent ne pas être disponibles dans toute l’Europe.

Nom génerique Marque(s) commerciale(s)
Bicalutamide Casodex®, Bicalutamid®
Flutamide Flutasin®, Flutamid®
Nilutamide Anandron®
Cyproterone Cyprostat®
Apalutamide Erleada®, Erlyand®
Darolutamide Nubeqa®
Enzalutamide Xtandi®

Abiratérone
L’abiratérone (Zytiga®, Yonsa®) est un autre type de traitement hormonal. Il est généralement proposé aux hommes atteints d’un cancer de la prostate avancé qui ne répond pas aux autres traitements. Il est pris sous forme de comprimés plutôt que d’injections.

Comme les autres traitements hormonaux, il agit en empêchant l’organisme de produire de la testostérone, mais différemment. Le traitement par l’abiratérone n’est pas curatif, mais il peut aider à maîtriser le cancer et à soulager certains de vos symptômes.

Si vous choisissez de prendre de l’abiratérone, vous devrez également prendre des comprimés de stéroïdes. La prise de stéroïdes en association avec l’abiratérone réduira le risque d’effets secondaires.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est généralement proposée aux hommes chez qui on a diagnostiqué un cancer de la prostate avancé et qui sont suffisamment en forme pour tolérer le traitement. La chimiothérapie n’est pas curative, mais elle peut aider à maîtriser le cancer.

Les médicaments de chimiothérapie courants comprennent:
1. Docetaxel
2. Cabazitaxel

La chimiothérapie est un traitement puissant qui utilise des médicaments puissants pour détruire les cellules cancéreuses dans l’organisme. Ces substances sont injectées directement dans votre circulation sanguine par voie veineuse. Le médicament est diffusé dans tout l’organisme et tue toutes les cellules cancéreuses qu’il trouve. Parfois, des cellules saines peuvent également être endommagées pendant le traitement.

La chimiothérapie peut provoquer divers effets secondaires désagréables. Chaque individu réagit différemment au traitement, mais choisir de subir une chimiothérapie n’est pas une décision facile. Prenez le temps de discuter des effets secondaires et des avantages potentiels avec votre médecin, ainsi qu’avec votre famille.

Autres traitements

Ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU)
Les ultrasons focalisés de haute intensité, ou HIFU, utilisent des faisceaux d’ultrasons pour générer de la chaleur, détruisant ainsi les zones de la prostate contenant des cellules cancéreuses. Ce traitement est généralement réservé aux hommes atteints d’un cancer de la prostate à un stade précoce.

Le traitement peut être administré à l’ensemble de la prostate si vous avez plusieurs tumeurs ou à une petite zone de la prostate. Les deux méthodes sont effectuées sous anesthésie générale ou sous rachianesthésie.

Au cours de l’intervention, une sonde à ultrasons est délicatement introduite dans le rectum. La sonde est entourée d’un ballon de refroidissement pour protéger votre rectum de la chaleur. En plus de générer de la chaleur, la sonde produit également des images échographiques de la prostate. Cela permet à votre médecin de voir plus clairement la/les tumeur(s).

Stade précoce: Un cancer au stade précoce signifie que votre cancer est de stade 1 ou 2. Cela signifie que la tumeur est contenue ou “localisée” dans votre prostate.

L’anesthésie générale: L’anesthésie générale est un moyen contrôlé de vous endormir, de sorte que vous ne vous rendez pas compte de l’intervention en cours.

La rachianesthésie: La rachianesthésie engourdit la moitié inférieure de votre corps, de sorte que vous ne pourrez rien sentir pendant l’intervention.

Cette technique très spécialisée n’est pas pratiquée dans tous les hôpitaux. Dans certains pays, les HIFU peuvent être disponibles dans le cadre d’un essai clinique.

Cryothérapie
La cryothérapie consiste à insérer de fines aiguilles dans la prostate à travers la peau, entre les testicules et l’anus. Une fois en place, un gaz passe dans les aiguilles et gèle la ou les tumeurs et détruit les cellules cancéreuses à l’intérieur. Ce traitement est généralement réservé aux hommes atteints d’un cancer de la prostate à un stade précoce.

Le traitement peut être administré à l’ensemble de la prostate si vous avez plusieurs tumeurs ou à une petite zone de la prostate. Les deux méthodes sont effectuées sous anesthésie générale ou sous rachianesthésie.

Au cours de l’intervention, une sonde à ultrasons est passée délicatement dans le rectum. La sonde produit des images échographiques de la prostate pour aider votre médecin à voir plus clairement la ou les tumeurs et à s’assurer que les aiguilles sont insérées correctement.

La cryothérapie est une technique spécialisée et n’est pas disponible dans tous les hôpitaux. Dans certains pays, la cryothérapie peut être disponible dans le cadre d’un essai clinique.

Vivre avec un cancer

Comment vit-on avec un cancer de la prostate?

Vivre avec un cancer de la prostate peut affecter votre vie quotidienne, votre travail et vos relations. Vous pouvez ressentir des effets secondaires du traitement, même lorsque celui-ci est terminé, ce qui peut affecter votre santé physique. Vous pouvez également avoir peur que votre cancer revienne, ce qui peut avoir un impact important sur votre santé mentale.

Il est important de savoir que vous n’êtes pas seul. Parlez à votre médecin des groupes de soutien locaux ou des services d’aide psychologique qui pourraient vous être utiles, à vous et à vos proches.

Effets physiques et émotionnels

Fatigue extrême
La fatigue extrême, ou lassitude, est très fréquente chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate et peut affecter les tâches quotidiennes, les activités sociales, le sommeil et la concentration générale. Si vous vous sentez fatigué, vous ne devez pas conduire.

Certains individus supportent mieux la fatigue que d’autres. Si vous êtes habituellement actif, vous pouvez vous sentir frustré par un manque d’énergie extrême. Ces sentiments sont normaux. Parfois, de petits changements pour améliorer votre fatigue peuvent vous aider à vous sentir maître de votre cancer.

Fuites urinaires
Si vous avez subi une intervention chirurgicale pour traiter votre cancer de la prostate, vous pouvez constater que vous avez des fuites urinaires. C’est tout à fait normal. Certains patients ont des fuites légères, d’autres des fuites abondantes. Chez la plupart des hommes, les fuites diminuent avec le temps.

Les fuites urinaires peuvent être embarrassantes, mais il existe des produits qui peuvent vous être utiles. Les protections pour l’incontinence sont conçues pour être portées dans vos sous-vêtements et absorbent les fuites d’urine. Elles sont discrètes et personne ne s’en rendra compte.

Parlez à votre médecin des autres traitements et produits qui peuvent vous être utiles.

Difficultés à uriner
Si vous avez des difficultés à uriner, c’est peut-être parce que votre tumeur fait que votre prostate appuie sur l’urètre. Votre médecin peut vous recommander des médicaments ou une opération visant à retirer une partie de votre prostate, appelée résection transurétrale de la prostate (RTUP). Cette opération ne guérira pas votre cancer mais vous aidera à évacuer l’urine beaucoup plus facilement.

Urètre: L’urètre est le conduit qui évacue l’urine de la vessie.

Sexualité et relations
Le diagnostic du cancer de la prostate peut altérer votre désir de rapports sexuels. Vous pouvez vous sentir déprimé, en colère ou stressé, et ces émotions peuvent modifier vos sentiments à l’égard de la sexualité.

Certains traitements peuvent endommager les nerfs et l’irrigation sanguine du pénis, ce qui rend difficile l’obtention ou le maintien d’une érection qu’on appelle une dysfonction érectile. Si vous avez suivi une hormonothérapie, cela peut également affecter votre désir de rapports sexuels.

Si vous avez un partenaire, parler de la sexualité et de la façon dont vous faites face au cancer peut vous aider. Il peut être difficile de parler de sexe, mais votre médecin peut vous aider à obtenir un traitement et un soutien.

Émotions
Apprendre que vous avez un cancer peut être un grand choc, même si vous vous étiez préparé à une éventuelle réponse positive à vos tests. Les progrès de la science, de la médecine et de la technologie permettent à de nombreuses personnes de guérir du cancer ou de vivre avec pendant de nombreuses années. Malgré cela, un diagnostic du cancer peut susciter différentes craintes et émotions pour vous et vos proches.

Vivre avec un cancer de la prostate peut affecter votre vie quotidienne, votre travail et vos relations. Si vous avez du mal à faire face à la situation, essayez de ne pas cacher vos émotions. Parlez-en à votre famille et à vos amis.

Si vous pensez que parler à un professionnel pourrait vous aider, demandez à votre médecin les coordonnées d’un psychologue local pour obtenir l’aide dont vous avez besoin.

Changements hormonaux
La testostérone est principalement fabriquée par les testicules et contrôle le fonctionnement de la prostate. L’hormonothérapie diminue la quantité de testostérone dans votre corps, ce qui peut affecter votre humeur générale, y compris votre désir de sexe. Vous pouvez avoir les larmes aux yeux, être en colère ou ne pas être comme d’habitude. Ces sentiments sont normaux et peuvent être causés par l’hormonothérapie.

Questions pratiques

Serai-je capable de travailler ?
Pour certains hommes, le retour au travail les aide à retrouver leur vie quotidienne. Mais tout le monde ne peut pas continuer à travailler. Vous pouvez décider de travailler à temps partiel ou de prendre une retraite anticipée. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse.

Vous devrez peut-être vous absenter du travail, en fonction des possibilités de traitement qui vous sont offertes. Vous devrez peut-être aussi faire des pauses supplémentaires au travail, en particulier si vous vous sentez épuisé.

Vous pouvez consulter les règlements de votre entreprise et le manuel de l’employé ou vous adresser au service des ressources humaines de votre lieu de travail pour obtenir plus de conseils.

Pourrai-je voyager ?
Si vous conduisez, vous devez faire très attention à la façon dont votre traitement vous affecte. Ne conduisez pas si vous êtes fatigué ou si vous ne vous sentez pas bien. Si vous envisagez de voyager à l’étranger, le fait d’avoir un cancer peut avoir une incidence sur votre destination et la durée de votre séjour. Le fait d’avoir un cancer ne doit pas vous empêcher de voyager. Cependant, il peut avoir une incidence sur l’assurance voyage, l’assurance location de voiture, ce que vous devez emporter avec vous et les activités que vous faites pendant votre séjour.

Soins palliatifs

Si vous êtes atteint d’un cancer de la prostate avancé, vous entendrez peut-être parler de soins de soutien ou de soins palliatifs. L’objectif des soins palliatifs est de gérer la douleur que vous ressentez et de vous aider à trouver des moyens de faire face aux symptômes pénibles. Ils apportent également un soutien à votre famille et aux personnes qui s’occupent de vous.

Récidive

Que se passe-t-il si le cancer réapparaît?

Il peut être extrêmement difficile d’apprendre que votre cancer est de retour. Toutes les pensées et tous les sentiments que vous aviez lors du premier diagnostic peuvent revenir. Ces sentiments et ces craintes peuvent même être plus forts qu’avant. Certains hommes trouvent que l’utilisation des mêmes mécanismes d’adaptation que lors du premier diagnostic de cancer les aide à faire face à un autre diagnostic de cancer.

Pour de nombreux hommes, même lorsque le cancer revient après le traitement, il peut encore se développer lentement et ils continuent à vivre longtemps et activement. Votre médecin discutera avec vous de vos possibilités de traitement.

Si votre cancer est réapparu, vous entendrez peut-être parler de “récidive”, ainsi que d’autres termes comme local, localement avancé, régional, distant ou métastasé. Ces termes peuvent vous sembler accablants.

Récidive locale
La nouvelle tumeur se trouve à nouveau dans la prostate. Le cancer ne s’est pas propagé à d’autres parties du corps. En cas de récidive locale, on peut vous proposer un traitement complémentaire pour éliminer le cancer.

Récidive régionale ou localement avancée
Le cancer s’est étendu à la zone située juste à l’extérieur de la prostate, mais il ne s’est pas propagé à d’autres parties du corps. Un traitement complémentaire peut vous être proposé pour éliminer à nouveau le cancer.

Récidive à distance ou métastatique
Le cancer s’est propagé, ou « métastasé » à d’autres parties de votre corps. Des cellules cancéreuses peuvent également être présentes dans votre sang ou vos os. Le traitement ne peut plus guérir le cancer.

Apprendre que votre cancer ne peut pas être guéri est pénible et peut provoquer un choc. Il existe toujours des traitements pour aider à contrôler la propagation des cellules cancéreuses, comme l’hormonothérapie ou la chimiothérapie.

Votre médecin peut commencer à vous parler de soins de soutien ou palliatifs. L’objectif des soins palliatifs est de gérer la douleur que vous ressentez et de vous aider à trouver des moyens de faire face aux symptômes pénibles. Les soins palliatifs ne s’adressent pas uniquement aux personnes en phase terminale de leur vie. Les hommes atteints d’une récidive métastatique peuvent recevoir des soins palliatifs pendant plusieurs mois ou années.

Ces informations ont été produites par l’Association européenne d’urologie (European Association of Urology (EAU) et mises à jour en mai 2021.

Ce chapitre contient des informations générales sur le cancer de la prostate. Si vous avez des questions spécifiques sur votre situation médicale personnelle, vous devez consulter votre médecin ou un autre professionnel de la santé. Aucun site Internet ni aucune brochure ne peut remplacer une conversation personnelle avec votre médecin.

Collaborateurs:

  • M. Eamonn T. Rogers, Galway (IE)
  • Assoc. Prof. P. Cornford, Liverpool (UK)
  • M. John Dowling, Dublin (IE)
  • Dr Keith Ritchie, BSc, MB BS, médecin généraliste à la retraite et patient atteint d’un cancer de la prostate métastatique, Kent (UK)

Ces informations ont été revues par un panel de non-professionnels.

L’élaboration de ce chapitre a été financée par Ferring Pharmaceuticals. Son contenu a été développé de manière indépendante et approuvé par le Patient Office de l’EAU.

error: Content is protected !!